Préface de la première édition des Mémoires d’un paysan bas-breton 

Anatole Le Braz 

 
C'était en 1897, un soir de juin. J'habitais alors la vieille maison de Stang-ar-C'hoat, à l'orée de Quimper. On vint m'avertir qu'un glazik était dans le jardin, qui demandait à me parler. Glazik - comme qui dirait : « azuré » - est le terme par lequel on désigne en breton, à cause de leur veste et de leur pourpoint bleu de roi, les paysans de la région cornouaillaise comprise entre Rosporden et Pont-Labbé. Je priai que l'on fît entrer le visiteur et je vis paraître un homme d'une soixantaine d'années, très vert encore d'aspect et d'allure, plutôt petit, bas sur jambes et les épaules trapues, tout à fait le type du paysan quimpérois dont il portait le costume et dont il avait tout l'extérieur, avec cette particularité, néanmoins, qu'au lieu d'avoir la figure rasée, comme ses pareils, il laissait librement pousser sa barbe couleur d'étoupe, qui lui hérissait le visage d'une abondante broussaille inculte. Il était chaussé de sabots. Ses vêtements étaient propres, quoique fatigués.
 
Il se présenta le plus décemment du monde, gardant à la main son chapeau de feutre à larges bords, orné d'un ruban de velours noir, un tantinet fripé, dont les bouts pendaient. Je le fis asseoir et, pensant le mettre ainsi plus à l'aise, j'entamai le colloque en breton.
- Si vous voulez bien, dit-il, nous parlerons français. Je le sais un peu.
Je ne fus pas long à m'apercevoir qu'il le savait fort couramment et qu'il s'en servait même, le plus souvent, avec une justesse d'expression que bien des bourgeois lui eussent enviée. Il poursuivit :
- Je viens à vous, parce que j'ai appris que vous frayiez volontiers avec les gens de ma sorte, les pauvres gens. J'ai lu les histoires que vous avez recueillies parmi le peuple. (Un journal local, Le Finistère, reproduisait à ce moment-là l'ouvrage intitulé La Légende de la Mort.)
Alors, j'ai songé que mon histoire à moi pourrait peut-être aussi vous intéresser. Les autres ne vous ont raconté que des imaginations superstitieuses, des fables ; moi, ce que je vous apporte, c'est de la vérité.
Il y avait une certaine âpreté dans son accent. Grande fut ma surprise d'entendre un paysan bas-breton s'exprimer avec cette désinvolture sur des croyances qui sont peut-être les plus profondément enracinées au coeur de la race. Il devina mon étonnement et, fixant sur moi le clair regard de ses yeux gris, qu'ombrageaient d'épais sourcils en auvent :
- Ah! Voyez-vous, c'est que je suis un paysan qui a fait du chemin, tandis que les autres piétinaient sur place, reprit-il. Et, si je suis resté le plus pauvre d'entre eux, j'ai du moins acquis quelque chose que je ne donnerais pas pour tout leur argent. Vous n'aurez pas de peine à vous expliquer cela, quand vous connaîtrez ma vie.
 
Je crus qu'après ce préambule il allait me la conter de vive-voix et je m'apprêtais à en écouter le récit, quand, au lieu de continuer à parler, il sortit de la poche intérieure de sa veste un paquet enveloppé dans un journal qu'il déplia et d'où il sortit une liasse de manuscrits. C'étaient de ces cahiers dits « cahiers écolier », dont les couvertures sont agrémentées de dessins et de peinturlurages. Il y en avait en tout vingt-quatre.
- Voilà, dit-il en les déposant sur mon bureau. Un jour que vous n'aurez rien de mieux à faire, jetez un coup d'œil là dedans.
J'y ai marqué tout ce qui m'est arrivé, le bon et le mauvais, du plus loin qu'il me souvienne. Cela m'a aidé à tuer le temps, depuis que je suis seul. Car je n'ai plus personne ni rien qui me rattache au monde. J'espère que l'heure est prochaine où je m'en irai à mon tour. Le plus tôt sera le mieux. Quand j'ai eu fini de rédiger ces cahiers, je me suis demandé s'il valait la peine de les laisser après moi, si je ne ferais pas bien de les détruire, de disparaître en silence, tout entier. Puis j'ai eu un instant l'idée d'aller les enterrer sous une des roches du Stang-Ala, dans la vallée où j'ai passé une partie de mon enfance à garder les vaches. Peut-être, me disais-je, un petit pâtre les découvrira-t-il par hasard, quelque jour, dans le temps encore éloigné où tous les petits pâtres sauront lire ; peut-être en donnera-t-il lecture à la veillée, et il se trouvera ainsi, après ma mort, une poignée de braves gens à savoir que j'ai existé.  Mais j'ai fait réflexion que l'humidité du sol aurait vite consumé ces pages.
Alors, en fin de compte, ma foi ! Je viens vous les remettre. Prenez-les, gardez-les, lisez-les, si le cœur vous en dit, ou bien faites-en du feu. Si je vous ai ennuyé, pardonnez-moi. Il me reste à vous dire merci et bonsoir.
Avant que j'eusse pu le retenir, il avait gagné la porte et s'en était allé dans le crépuscule.
 
J'ouvris incontinent le premier cahier. Ce me fut une révélation. Je ne m'arrachai plus au charme puissant et fruste de ces confidences d'un Breton du peuple qu'après les avoir épuisées. Je brûlais d'en faire connaître mon impression à leur auteur et, dès le lendemain, je me mis à sa recherche. Il m'avait laissé entendre, au cours de notre conversation, qu'il logeait sur l'autre rive de l'Odet, dans le quartier du Pont-Firmin. Grâce à une balayeuse de rues, je parvins à le dénicher. C'était dans un misérable taudis de ménages ouvriers, sous les combles. Je poussai la porte d'une espèce de soupente, éclairée par une lucarne à tabatière.
Mon visiteur de la veille était assis sur un grabat où il venait de faire la sieste et qui composait, avec une chaise dépaillée, une table boiteuse, quelques livres et un pot à eau, tout le mobilier de son galetas. Il m'accueillit avec un sourire.
- Vous êtes dans le tonneau de Diogène, dit-il en m'offrant la chaise dépaillée.
Je lui exprimai tout le gré que je lui avais de m'avoir choisi pour être le dépositaire de ses manuscrits et l'assurai que, sous une forme ou sous une autre, je m'efforcerais d'en tirer parti quelque jour. Il en fut très touché. Mais, lorsque je lui annonçai mon ferme propos de n'accepter son legs qu'autant qu'il me permettrait de le dédommager dans la mesure que je croyais légitime, il se récria.
- Je n'attends ni ne veux rien de personne. Mes campagnes d'Italie, de Crimée, du Mexique, m'ont valu de la générosité du gouvernement un bureau de tabacs dont la location me rapporte trois cents francs. C'est plus que n'en eut jamais Diogène, et il me suffit que j'aie, comme lui, un trou, du pain, de l'eau claire et mon franc-parler.
Je me montrai plus entêté que lui : je le menaçai de lui rendre sur l'heure ses cahiers. Il céda. Des mois passèrent, pendant lesquels il me revint voir de temps à autre, soit pour m'emprunter des livres qu'il dévorait avec une sorte de frénésie, soit pour m'entretenir de ses idées sur la politique et la religion, car les questions sociales et surtout les questions religieuses le passionnaient. Puis, brusquement, il s'éclipsa, disparut de mon horizon. Avais-je froissé, à mon insu, sa susceptibilité extrêmement ombrageuse ? Avait-il été pris d'une de ces crises de misanthropie aiguë, auxquelles il était sujet, m'a-t-on dit, et qui le faisaient se terrer à la campagne, dans les retraites les plus sauvages, comme un animal blessé ? C'est un point qu'il ne m'a pas été possible d'éclaircir. Le certain c'est que je n'eus plus de ses nouvelles.
 
Et maintenant, laissons-lui la parole : les pages qui suivent, extraites de ses Mémoires, sont l'autobiographie authentique d'un obscur paysan bas-breton. "
 
Anatole Le Braz
 
 
Copyright © Arkae