Crime et justice en Bretagne

Crime et justice en Bretagne - A. Le DougetL’historienne Annick Le Douget signe un livre magistral sur la justice en Bretagne depuis 1800.

Crime et justice en Bretagne, donne une large place aux acteurs de la justice, juges, magistrats, avocats, qui donne une dimension humaine à cette institution respectée mais décriée. Les grands débats  sur la peine de mort, les grands dossiers contreversés comme l’affaire Dreyfus, l’affaire Seznec sont évoqués avec mesure.
Jean-Marie Déguignet qui s’est exprimé avec fougue sur tous les faits de sociétés de sa période d’écrivain a comme d’habitude des opinions très tranchées sur les grands dossiers de son temps.
 
Jean Guiffan a largement utilisé les commentaires de Déguignet sur l’Affaire Dreyfus dans son livre Les Bretons et l’affaire Dreyfus où notre Déguignet est bien sur Dreyfusard.
 
 
Pour une justice avec un grand J
 
Dans ce livre Bernez Rouz signe une contribution : « Pour une justice avec un grand J » qui reprend ses positions contre la peine de mort et le rêve de Déguignet « pour une justice avec un grand J ».
 
La Bretagne et l'affaire Dreyfus, éditions Terre de brume, coll. « Essais », Rennes, 1999, 271 p. (ISBN 2-84362-047-3).
Crime et justice en Bretagne, éditions Coop Breizh, Spezet 2011, 210 p. (ISBN 978-2-84346-526-0).
 
 

Jean-Marie Déguignet (1834-1905).

Pour une justice avec un grand J !

Chroniqueur impertinent des premières années du XXème siècle, Jean-Marie Déguignet ne pouvait que s'intéresser à la justice de son pays. Une justice mise à mal par l'Affaire Dreyfus. On retrouve notre paysan Bas-Breton parmi les rares défenseurs du capitaine injustement condamné.

Déguignet est dreyfusard au nom de la « vérité, de la lumière, de la raison et de la justice menacées dtre étouffées et étranglées par les porte-sabres et les porte-goupillons ». Mais notrepenseur iconoclaste ne tresse pas pour cela des lauriers à l'institution ; il ne méconnaît pas les mécanismes de lobbying en haut lieu. Perspicace, il s'interroge : « Il serait bien possible que lesjuifs et judaïsants aient dépensé quelques pièces d'or dans cette monstrueuse affaire, attendu quela justice en France ne peut s'obtenir que par ce moyen ... mais les Jésuites etconfrères en dépenrent bien le double pour étouffer la raison, la lumière, la justice ».

Déguignet n'a jamais esté en justice. Grâce à sa connaissance du Code Civil, il réussit à transiger à l'amiable quand il est expulsé de son bureau de tabac de Pluguffan. Il évoque souvent l'article 328 du Code Pénal pour régler ses comptes avec le propriétaire se saferme de Toulven, le Sieur Malherbe dela Boixière : « Si j'avais écoulé la voix de la nature et cette de la justice, je serais allé à Toulven, un poignard à la main, arracher les entrailles de ces misérables ches pour les donner à manger à mes enfants quand ils criaient la famine ».

Déguignet congédié de sa ferme s'estime en état de légitime défense et invoque la loi du Talion; « Il y a même dans le Code Pénal français un certain article qui admet aussi cette justice braïque et naturelle ... Eh bien, je crois que en tuant ceux qui ont volé mes biens, ma vie, mes enfants, et qui les ont assassinés, je me trouvais en cas de légitime défens ». Il n'ose jamais franchir le pas, même dans les pires moments de sa paranoïa grandissante. Il se contentera d'aiguiser sa plume vengeresse qui lui sert de glaive dans son infortune.

Perpétuel victime du système, il reprend les anathèmes anarchistes sur la justice de classe: « Le Code Civil français est tout fait pour les riches. Dans le Code Civil, il n'est question des gueux qu'à la première page pour leur dire qu'ils doivent souvent sacrifier leur vie ... pour la défense de l'Etat, et qu'ensuit ils doivent travailler pour s'assurer des moyens d'existence, mais plutôt pour assurer l'existence de riches qui ne savent et ne veulent pas travailler ».

Malgré sa hargne contre ceux qu'il appelle ses persécuteurs, il se prononce sans ambiguïté contre la peine de mort: « Tuer un homme parce qu'il a tué, cela fait deux morts au lieu d'un, mais le dernier ne rendra pas la vie au premier. Quand même que l'on couperait le cou à tous mes bourreaux, ceux qui nesont pas encore morts, cela ne me rendra pasle temps perdu et ne mtera pas les misères etles horreurs endurées ».

Idéaliste, Déguignet rêve d'une société parfaite ; des échos qui résonnent très fort douze ans avant la Révolution d'octobre et soixante ans avant la Révolutionculturelle :

« Si on voulait rendre cette justice aujourd'hui, je ne veux pas dire oeil pour oeil, ni dent pour dent, mais seulement meurtrissure pour meurtrissure, misère pour misère, douleur pour douleur, alors les coquins jésuites, les tonsurés fripons, les exploiteurs et les voleurs patentés auraient à passer de mauvais quarts d'heure. Si les travailleurs meurtris et volés par tous ces coquins avaient le droit de les battre jusqu'à ce qu'ils aient le corps meurtri comme eux, de les racler jusqu'à ce qu'ils aient rendu tant de sang et de sueurs qu'ils ont

fait rendre aux malheureux, de les secouer et de les traîner jusqu'à ce qu'ils aient rendu à ces malheureux l'argent qu'ils leur ont volé, de les habiller avec des haillons vermineux etde les fourrer dans ces taudis infectes et de les y faire souffrir autant qu'ils ont fait souffrir les malheureux de ces taudis, cela pourrait s'appeler de la justice, non pas cette justiceimmanente, continue, éternelle dont parlent les poètes, les rhéteurs et autres blagueurs de tribunes, mais une justice momentanée, passagère comme toutes les choses de ce monde. Carceux qui auraient pris la place des grands coquins ne tarderaient pas sans doute à devenir aussi grands coquins que les premiers, plus encore peut-être et l'injustice recommencerait.

Et cela sera toujours ainsi jusqu'au moment on sera arrivé à fabriquer une race humaine exempte de tout vice et douée de toutes les vertus physiques, morales et intellectuelles.

Malheureusement, elle n'est pas prête à arriver ».

Cent ans après sa mort, Déguignet l'imprécateur, le vociférateur, malgré son scepticisme sur l'avènement d' un monde meilleur, réussit à affirmer les grands principes de la justice démocratique: l'indépendance et le respect de la personne humaine, et ce n'est pas rien.

Bernez Rouz

Retour aux actualités