Préface

Jésus. Fils aîné de Marie-Joachim, dernier roi des Juifs. Sa vie, ses aventures et sa mort.

Norbert BERNARD.
 

Avertissement sur la présente édition

Cette publication de la vie de Jésus selon Déguignet nous a posé un problème de conscience. Notre problème de conscience venait non pas du caractère anticlérical du texte mais de son manque de rigueur historique. Certaines de ces propositions ne manquent pas d'intérêt mais fréquemment ce genre de proposition est immédiatement suivi d'erreurs grossières.

Il y a tout d'abord l'hypothèse de départ de notre auteur, les évangiles sont cryptées et racontent l'inverse de la vérité historique, cependant parfois certains motsOnt été soulignés par les évangélistes eux-même pour permettre un certain décryptage : « Les rédacteurs de ces légendes craignaient cependant qu'on les prit telles qu'elles sont rédigées, et c'est pour ça qu'ils Ont souligné un grand nombre de mots afin d'attirer l'attention du lecteur sur le véritable sens du récit. »

Ensuite, il faut savoir que Jean-Marie Déguignet n'hésite pas à reconstruire des « citations » en réunissant des passages de plusieurs phrases, parfois de plusieurs sources quand il n'invente pas lui-même certains passages de ces citations. Et il critique ensuite le contenu de ces « citations » forgée de toute pièce. Nous rendant compte que le lecteur devait être prévenu qu'il ne pouvait prendre les citations de Déguignet « pour paroles d'évangile », nous avons jugé nécessaire de préciser en note les références exactes de chacune en note de bas de page.

Comme il persiste parfois sur les mêmes erreurs, nous nous sommes sentis obligés de répéter nos notes d'au tant plus que certaines répétitions d'erreurs sont éloignées les unes des autres dans le texte et que le lecteur aura pu oublier notre précédent avertissement. L'autre principale hypothèse qui altère sa rigueur historique c'est l'image - le préjugé - que Déguignet porte sur Jésus lui-même : il en fait un ancien zélote - résistant juif contre l'occupation romaine - à moitié voleur qui passe au service de « péagers » - aujourd'hui nous disons publicains* - romains ou juifs romanisés en tant que recors - témoin - et surtout comme homme de main. Finalement Jésus aurait trahi tout le monde, notamment en se proclamant roi des juifs alors que la royauté est honnie par les Romains et considéré comme un lèse-majesté envers l'empereur. Le texte de l'auteur tend donc à étayer cette hypothèse, quitte parfois à donner des interprétations contradictoires entre elle pour le même épisode.

Nous tenons aussi à mettre en garde le lecteur devant les effets d'accumulations des « crimes » attribués à Jésus par Déguignet

Il ya les « crimes » attribués aux ancêtres de Jésus - Moïse, David, etc. - pour lesquels notre auteur laisse supposer que Jésus étant leur digne successeur ne pouvait que les avoir renouvelés, les « crimes » attribués à Dieu et les crimes et guerres commis au nom de Dieu et de Jésus dont il rejette la faute sur Jésus.

Il conviendra aussi de distinguer parmi les « crimes » de Jésus ceux qui pouvaient être réellement condamnables selon les lois mosaïques et romaines des épisodes que Déguignet interprète comme de tels crimes et de crimes qui ne Sont que pures spéculations de l'auteur.

Parmi les effets d'accumulation, Jean-Marie Déguignet répète plusieurs fois un type de « crime » dans différents passages de son texte en négligeant de préciser qu'il s'appuie à chaque fois seul un seul et même passage des évangiles, ce qui peut faire croire que Jésus aurait commis ce type de « crime » en plusieurs occasions.

Par ailleurs, nous souhaitions proposer aux chercheurs un texte établi, cependant nous ne sommes pas parvenus à identifier toutes les références. En raison de l'extrême variété de ses informations certaines notes vous sembleront donc incomplètes.

 

*Ces péagers ne sont pas des sortes de gardes-barrière prélevant directement les taxes mais des fermiers - tels nos fermiers généraux avant la Révolution- qui avançaient les revenus de ces péages et effectuaient les prélèvements pour se rembourser.

  Copyright © Arkae